Le pardon : savoir pardonner à soi-même

Est-ce que cela vous est déjà arrivé de vous retrouver dans des conflits avec des gens et ne pas savoir pardonner? Dans ma vie passée, cela m’est arrivé bien des fois de ne pas faire le pardon à une personne lors d’un conflit. Aujourd’hui… Je ne suis pas parfaite mais je fais des efforts pour pratiquer un des processus de pardon que j’ai appris, lorsqu’un conflit arrive dans ma vie. Car, j’ai pris conscience que ce sont des opportunités de se libérer de mes émotions, sinon je risque de revivre ce genre de situations. Il y a par ailleurs un adage qui dit : ce que tu fuis, te suis, ce que tu fais face s’efface…

Le pardon, on le fait d’abord pour soi

J’ai remarqué que lorsque j’avais de la misère à pardonner dans certaines situations, c’est que je voulais avoir raison. Hors, j’ai appris que j’aille raison ou tort, cela n’avait pas d’importance. Le pardon, je le fais d’abord pour moi-même afin d’être mieux dans ma peau et ressentir de la joie à nouveau. Je suis la seule responsable de vivre ma vie dans l’état que je choisie.Par ailleurs, j’ai appris que la leçon principale est souvent de se pardonner d’abord pour tout ce qui nous donne un sentiment de dépréciation, de dévalorisation, d’infériorité, de colère, de tristesse, d’abandon, etc. Nous attirons dans notre vie, des expériences qui sont le miroir des sentiments que nous avons envers nous-même. Alors, peut-être qu’au cours d’un processus de pardon, cela me permet de vivre une guérison émotionnelle, en me purifiant, en évacuant des sentiments de dévalorisation ou des conflits intérieurs auxquels je m’étais accrochés depuis des années.

Tant qu’ils ne seront pas libérer de mon corps, ces situations se représenteront avec des gens, comme un miroir extérieurement. Essayer de penser seulement au pardon c’est un test pour continuer à aimer la vie. Le pardon, c’est se donner la possiblité d’aimer à nouveau des gens qui nous ont blessé. C’est aussi faire confiance à de nouvelles personnes pour ouvrir son coeur à nouveau. C’est pour nous tous un bon défi afin d’apprendre l’amour inconditionnel. Il est plus favorable pour soi-même de pardonner, que l’on pense avoir raison ou tort. Que l’on pense avoir été persécuté ou que l’on nous ait fait du tort. C’est un test pour notre capacité de pardonner et de continuer à aimer…

En ce qui concerne le pardon, je tente de vivre comme je vois des gens avoir de la sagesse. Ils arrivent plus souvent que je remarque cette sagesse chez les personnes âgées. Je me souviens avoir vu cette sagesse, chez René Angélil lorsqu’on a parlé lui dans les médias récemment quand il est décédé. Il avait vécu un conflit avec des gens de Radio-Canada qui avait terni l’image de Céline en disant des propos condescendants à son sujet. Pendant plusieurs années, il n’avait pas remis les pieds dans les studios de Radio-Canada. Puis, comme il était à l’émission Tous le monde en Parle, quelques années plus tard, il a affirmé à Guy A Lepage qui lui dit : On pardonne alors? Et René Angélil lui avait dit : Oui, on pardonne!

Si vous voulez commencer un processus de pardon ou vivre une autre amélioration, j’offre gratuitement à une personne par semaine la chance de tester mes compétences en coaching de vie à Montréal ou via Skype pour des résultats durables avec le temps. C’est-à-dire : vous ne revivrez plus les mêmes sentiments ou émotions qui limitaient votre bien-être auparavant.  Pour ceux qui croient que je peux les aider, je vous invite à remplir ce formulaire ici.

Autres articles

2 Réponse

  • Olivette Rousseau12 août 2016 à 14 h 16 min

    Que fait-on avec la colère ? Comment l’évacuer ? Comment savoir qu’il n’y en a plus, qu’elle est éliminée ? Car je pensais qu’elle était disparue mais cela a rebondi, ( je ne le voulais pas ) à ma grande surprise. Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Merci d'indiquer votre nom. Merci d'indiquer une adresse courriel valide. Merci de saisir votre commentaire.