Coaching de vie depuis 2004 + 1 000 clients
J’ai réussi à calmer une crise d’angoisse

On connaît tous à un moment ou un autre un stress important, dans certains cas, cette tension extrême peut déborder et devenir une crise d’angoisse que l’on appelle aussi attaque de panique. Personnellement, je connais cette sensation, puisque suite à un traumatisme particulièrement marquant, j’ai ressenti une crise d’angoisse tellement intense, que j’ai bien cru mourir. Mon cœur battait vite au point où je croyais qu’il sortait de ma poitrine, mes muscles se crispaient au point de devenir douloureux et ma respiration était de plus en plus rapide et de moins en moins profonde. J’étais tellement mal, que je pensais avoir une crise cardiaque, à un moment, je me rappelle même m’être dit, ça y est, c’est fini, je suis en train de mourir ! J’ai alors eu toute une série de pensées et certaines de mes peurs les plus profondes me sont venues à l’esprit. En fait, la crise d’angoisse a fait remonter à la surface les peurs les plus intenses que j’ai pu ressentir. C’était une sensation vraiment étrange, la peur la plus intense était celle de perdre un lien d’attachement important, comme si la petite fille en moi avait peur de perdre l’amour inconditionnel de sa mère.  À mon avis, cet amour si réconfortant, nous tentons de la reproduire (et/ou de la réparer) dans une relation amoureuse. D’ailleurs, plus tard en ayant une rétrospective sur cette réaction, j’ai pris conscience que,  sans, nécessairement, nous en rendre compte, nous agissons souvent  comme si nous étions prêts à tout pour ne pas perdre l’amour des gens que nous aimons, surtout dans une relation amoureuse. Il est donc logique que l’une de nos angoisses les plus profondes soit de perdre l’amour de la personne qui est censé nous aimer le plus au monde, notre mère. Même si, quand on y réfléchit, on s’aperçoit que cette angoisse est en partie basée sur une illusion, puisque la très grande majorité des êtres humains ont des difficultés pour aimer toujours de façon inconditionnelle, même leurs enfants.

Au bout de longues minutes, qui m’ont paru durer une éternité, j’ai finalement réussi à calmer une crise d’angoisse et jusqu’à aujourd’hui, je n’en ai plus ressenti d’autre. Je vous expliquerai comment j’ai réussi cela plus loin dans cet article. J’ai ainsi découvert que cette crise s’apparentait à une attaque de panique, qui est en fait une manifestation aiguë de troubles anxieux. Cette crise de panique ou d’angoisse se manifeste de façon brutale et peut durer de quelques minutes à quelques heures. On ressent ainsi une peur intense, une sensation de danger immédiat qui s’accompagnent de sensation physique extrêmement désagréable, des palpitations1, des sueurs, des tremblements, des douleurs thoraciques… des symptômes qui vont encore accentuer l’angoisse, jusqu’à nous donner l’impression de perdre totalement le contrôle des évènements.

Déclenchement d’une crise d’angoisse

Les spécialistes ne savent pas exactement ce qui déclenche une crise d’angoisse, mais de nombreux facteurs biologiques, psychologiques, génétiques et cardio-vasculaires, interagiraient entre eux dans le phénomène. En pratique, la crise d’angoisse est une réaction excessive au stress, qui est généralement déclenchée par des situations particulièrement difficiles à vivres. Une sensation de peur intense, comme quand on a l’impression d’étouffer, peut provoquer une hyperventilation, qui aura des conséquences physiques, sensation de vertige, engourdissement des membres, tremblements, etc. Tous ces symptômes augmentent la sensation de peur, ce qui ajoute de l’angoisse… En fait, l’angoisse s’entretient et s’alimente jusqu’à submerger la personne et la faire plonger vers la panique.

Déroulement d’une crise d’angoisse

Les crises d’angoisses ne se déroulent pas toujours de la même façon chez tous les individus, par contre on retrouve souvent des symptômes similaires comme une douleur thoracique, une sensation d’étranglement, une boule dans la gorge, un souffle coupé  ou de la difficulté à respirer. Ce ou ces premiers symptômes déclenchent une inquiétude, qui pourra provoquer des sueurs, des tremblements, des palpitations, des frissons, des bouffées de chaleur… l’angoisse apparaît alors et contracte les muscles du corps de la personne. Elle peut alors ressentir des nausées, des étourdissements, une perte du sens des réalités, une perte de contrôle de soi, une impression de devenir fou, jusqu’à la peur de mourir. La crise est subite et disparaît d’elle même au bout d’un délai plus ou moins long. Bien sûr, une crise d’angoisse ne va pas provoquer l’apparition de la totalité de ces symptômes, ce ne sont que des possibilités observées par les chercheurs dans le domaine.

Conséquences d’une crise d’angoisse

Ces crises d’angoisses peuvent être très impressionnantes, même traumatisantes pour la personne touchée et pour son entourage. Elles peuvent avoir de graves conséquences psychologiques, mais sachez que l’on n’en meurt pas. Mais certaines personnes développent une anxiété anticipatoire, la peur de revivre une crise d’angoisse et de ne pas être capable de la vivre à nouveau. Cette anxiété peut être très handicapante, puisque la personne craint qu’une crise d’angoisse survienne n’importe où et n’importe quand. Cette crainte peut faire apparaître de nouvelles peurs, au moment de revivre tel événement, de rencontrer de nouvelles personnes par exemple, de faire une présentation pour son travail, de se retrouver dans des lieux clos, etc. Cela peut mener la personne à s’enfermer et à se refermer sur elle même. Certaines peuvent aussi sombrer dans une dépression légère ou profonde qui peut pousser la personne à adopter un comportement destructeur, et même suicidaire.

Calmer une crise d’angoisse

Commencer par vous rappeler qu’une crise d’angoisse n’est pas permanente, elle finira par passer d’elle-même  de toute façon.  Selon mon expérience, calmer une crise d’angoisse se fera plus facilement et plus vite au moment où vous déciderez de prendre du recul par rapport à cette crise. Lorsque je la vivais, à un moment donné je me suis mis à observer mes symptômes corporels comme si j’étais de l’extérieur, comme si j’étais sur une tour d’observation. Un des aspects les plus importants est de mettre son attention sur sa respiration afin de reprendre son souffle et respirer plus profondément. Aussi, je me suis mis à me répéter un moment donné, une petite phrase, et ce jusqu’au moment où la crise d’angoisse se termine : peu importe ce qui m’arrive, je reste calme…. peu importe ce qui m’arrive, je reste calme….

Si vous faites de l’anxiété, de l’angoisse ou même des crises de panique, je vous invite à faire un essai gratuit pour découvrir des méthodes de travail qui m’ont grandement aidé dans ma vie. Aujourd’hui, je vis dans un état de bien-être en général et les moments que l’on qualifie de plus difficiles ne me font plus vivre de la souffrance intense comme auparavant.

©Marie-France Archibald

Palpitations1: Voir définition

Autres articles

Laisser un commentaire

Merci d'indiquer votre nom. Merci d'indiquer une adresse courriel valide. Merci de saisir votre commentaire.